vendredi 7 septembre 2012

Vendredi 7 septembre (jr 10): Los Arcos à Viana (19,5 km)

Journée d'espoir

Difficile de dormir cette nuit car il faisait chaud dans notre dortoir et nos voisins de lit ronflaient en canon (rien de comparable avec le canon de Pachelbel).  A deux reprises je me suis levée pour pousser mon voisin qui ne comprenait ni anglais ni français ni espagnol mais grognait.  J'ai finalement opté pour de la musique jusqu'à épuisement de la batterie de mon MP3.

Le déjeuner est très rudimentaire et l'hospitalero pas souriant.  Cet albergue ne fera certainement pas partie de notre "Top 5".  Il affichait cependant "complet" dès 14h00 hier. 

A 6h45 nous nous mettons en route dans la noirceur mais la température est confortable, nous n'avons même pas besoin de chandail.  Serge a mis mon manteau et mon poncho dans son sac à dos, ce qui allège mon sac de 2 lb.  Il ya beaucoup de marcheurs sur l'autoroute des pèlerins ce matin. Ils veulent tous partir tôt pour éviter la chaleur de l'après-midi. Grâce à ce départ matinal, nous pouvons assister au lever du soleil juste derrière nous et puis admirer le village de Torres del Rio qui se dessine au loin sous la lumière du jour.

Lever du soleil en quittant Los Arcos

Torres del Rio sous la lumière matinale
A 8h45 nous arrivons à Torres del Río et nous en profitons pour prendre un bon café et un croissant (il n'y en avait pas au chocolat malheureusement).

Aujourd'hui nous marchons pour le frère de mon amie Agnès pour qu'il reprenne le goût à la vie.  J'ai appris sur le Chemin qu'à une journée difficile peut s'ensuivre une journée agréable et sans douleur (enfin presque).  Aujourd'hui mon sac est confortable et ma genouillère supporte bien mon genou.  Je marche plus rapidement et le coeur léger.  La vie est belle.

Après Torres del Río, Serge reprend son rythme habituel tandis que je ralentis et m'arrête quand bon me semble.  Nous nous donnons rendez-vous à Viana, 10 kilomètres plus loin.

Le Chemin entre les deux villes est fait de montées et de descentes, souvent en plein soleil.  Les oliviers sont chargés de leurs fruits qui commencent à murir. 

J'arrive à Viana à 12h30; Serge est arrivé à 11h30.  Il y a foule sur la rue principale et les terrasses des restaurants sont bondées de monde car il y a un festival en fin de semaine.  Je cherche Serge et je le trouve attablé à un bar en m'attendant.  Il n'a pas encore réservé nos lits à l'albergue municipale Andrés Muñoz car l'hospitalero a refusé de me réserver un lit étant donné que je n'étais pas encore arrivée.  Serge n'était pas content.  Finalement nous avons fait la file et obtenu deux places dans une chambre à 9 lits (3 lits à 3 étages: du jamais vu pour nous). L'albergue est situé juste à côté du Monastère de San Anton.

Dans nos lits à trois étages

Monastère de San Anton à Viana
Après la douche et le lavage de nos vêtements de marche, nous allons dîner sur une terrasse avec Mary et Rod, un couple de Chicago que nous avons rencontré plusieurs fois, puis c'est l'heure de la sieste.

Lunch avec Mary et Rod 
Nous soupons vers 20h00 à l'albergue et Serge prépare une salade.  Il aura tout fait sur le Chemin: la lessive et la cuisine. Nous terminons la soirée en regardant le coucher du soleil derrière l'albergue. C'est magnifique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire