vendredi 14 septembre 2012

Jeudi 13 septembre (jr 16): Villafranca à Atapuerca (18,8 km)

Superman a mal

Nous quittons l'albergue San Anton Abad à 7h15 et pendant plus d'un kilomètre le chemin monte constamment.  Le temps est frais mais nous nous réchauffons rapidement.  Le sentier passe dans la forêt où les fougères ont passé du vert à orange brûlé.  Pas de bruit de voitures, seulement le chant des oiseaux; c'est merveilleux.  Le ciel est couvert de nuages sombres menaçants.  Va-t-il pleuvoir? J'espère que non car mon poncho est dans le sac de Serge qui est déjà loin devant moi.

J'ai dans la tête une chanson d'Henri Salvador, ce qui m'aide à garder un rythme plus rapide ce matin.  Au bout de 4 kilomètres, j'arrive au monument commémoratif de la Guerre Civile de 1936 en Espagne où Serge m'attend.  Il a mal en dessous du pied gauche.  Serait-ce que l'invincible Serge a ses limites ? De mon coté tout va bien.

Monument commémoratif de la Guerre Civile de 1936 en Espagne
Nous marchons pendant quelques kilmètres avec Shaela (de San Diego, Californie) et Andrea (d'Irlande) que nous rencontrons régulièrement depuis une semaine.  On ne sait plus qui suit qui, mais nous nous amusons beaucoup avec ces deux "joyeuses luronnes".

En compagnie de Shaela et Andrea
Nous faisons un bref arrêt à San Juan de Ortega où nous trouvons un bar, mais pas de croissant au chocolat. Maintenant il pleut légèrement, ce qui nous oblige à sortir nos ponchos.  Ensuite le chemin va de montées à  descentes jusqu'à Atapuerca où nous arrivons à 12h45.

Sentier d'abruptes descentes et montées
C'est un petit village où il n'y a pas grand chose à faire ni à voir, à l'exception de son site archéologique où des fossiles humains datant d'un million d'années avant aujourd'hui ont été retrouvés.  Nous nous installons à l'albergue del Peregrino où les douches sont mixtes et toutes petites; il faut se déshabiller et se réhabiller à l'extérieur, donc pas de douche pour moi aujourd'hui.

Nous soupons au restaurant Comosapiens avec Marianne et Valter, un couple allemand très sympatique qui parle un peu l'anglais.  C'est souvent laborieux pour se comprendre mais avec de la patience et de la tolérance nous apprenons à nous connaître.  C'est un très beau restaurant et la nourriture est bonne mais le propriétaire a une humeur massacrante.  Nous pensons qu'il n'aime pas les pèlerins. 

Souper au restaurant Comosapiens à Atapuerca avec Marianne et Valter
Aujourd'hui nous avons marché 5h30.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire