lundi 3 septembre 2012

Dimanche 2 septembre (jr 5): Trinidad de Arre à Cizur Menor (10 km)

La symphonie des ronfleurs

A 4h30 je me réveille sous les ronflements de Teresa et Ove, mes voisins de lit. Je suis incapable de me rendormir même avec des bouchons d'oreilles.  Je mets mes écouteurs, j'écoute de la musique douce et je réussis à me rendormir jusqu'à 6h15.  Ce matin rien ne presse, nous ne marchons que 10 kilomètres sur le Chemin et nous visitons Pamplona. J'ai mal aux mollets et aux chevilles; aussi, ma petite orteil du pied gauche est douloureuse.  Naturellement, Serge n'a aucun problème.

Nous quittons l'albergue à 8h15 et traversons Villava par la rue principale; puis nous entrons dans Pamplona par le pont de la Magdalena sur la rivière Arga.  Après avoir longé les remparts de la citadelle, nous accédons à la vieille ville par un pont-levis.

Arrivée dans la vieille ville de Pamplona 
Tout en marchant sur la Calle Mayor, nous arrivons à la Plaza del Castillo où les cafés commencent à peine à ouvrir.  En compagnie de Donna et Teresa, nous allons au Café Iruña, juste à côté de l'endroit où Hemingway a séjourné à Pamplona.  Nous nous laissons tenter par des croissants au chocolat et un bon café.  Vous dire comme c'était bon ! J'y retournerais tous les jours.

Plaza del Castillo devant le Café Iruña
Le soleil a maintenant envahi la plaza et il fait bon se reposer sur les bancs qui sont entourés d'arbres.  Nous nous rendons ensuite à la cathédrale où un prêtre dit la messe.  J'aime l'atmosphère des vieilles églises et je suis toujours impressionnée par la ferveur des fidèles.

A l'information touristique, nous retrouvons avec beaucoup de joie Lola, Pat et John qui ont passé la nuit dans un hôtel luxueux de la ville.  Pour dìner, John nous recommande le restaurant Bodegón Sarria où les tapas sont très renommés.  Nous nous y rendons et la place est déjà envahie par les résidents de la ville; c'est la preuve que c'était un bon choix.  Il faudra que l'on essaie d'en faire à la maison.

Nous partons ensuite pour Cizur Menor, ville dans la banlieue ouest de Pamplona, sous le chaud soleil de l'après-midi en traversant en premier lieu la partie moderne de Pamplona et en longeant les autoroutes.  Nous arrivons à l'albergue Maribel Roncal à 14h30 où nous partageons une chambre avec nos 5 compagnons habituels: Pat, Lola, John, Donna et Teresa.

Albergue Maribel Roncal

Notre chambre à l'albergue
Aujourd'hui nous avons appris que Donna est médecin et que Teresa est religieuse et travailleuse sociale.  Maribel, l'hospitalero, me demande comment vont mes pieds. Comme je lui explique mes problèmes à un orteil et aux chevilles, elle lace mes bottes d'une différente façon et elle met des serviettes sanitaires super-absorbantes sur mes semelles intérieures pour absorber l'humidité et les assouplir. Et bien, ça fonctionne, mes bottes sont beaucoup plus confortables maintenant et je ne sens aucune douleur à ma petite orteil.

Comme c'est dimanche, il y a seulement un restaurant ouvert et il est en plein coeur d'une fiesta; c'est très bruyant et bondé de monde. Les pauvres serveuses et les cuisinières courent comme des folles pour répondre à toutes les demandes.  Ouf! que ça fait du bien de se retrouver dans la tranquilité de notre chambre à la fin de la soirée.

Demain nous marcherons pour notre ami Yvan que la maladie frappe encore.  Bon courage  Yvan; c'est toi le plus fort et nous sommes certains que tu en sortiras vainqueur et que vous pourrez reprendre vos projets Lise et toi.

1 commentaire:

  1. Bonjour à vous deux, c'est toujours plaisant de lire vos récits toujours captivants. Merci pour vos commentaires toujours positifs. Yvan

    RépondreSupprimer