jeudi 27 septembre 2012

Mercredi 26 septembre (jr 29): Villar de Mazarife à Santibañez (19,4 km)

Prendre un p'tit coup

Youppi! Il y a des céréales pour le dejeuner ce matin; c'est la 2e fois que nous en avons depuis le début de notre voyage.  Comme vous voyez, sur le Chemin ça ne nous prend pas grand chose pour nous rendre heureux. 

A notre départ ce matin, il fait très froid; nous portons chandail, manteau, capuchon (2 pour moi) gants (2 paires pour moi), mais nous sommes en pantalons courts, quelle mauvaise idée; demain nous sortirons de nos sacs les pantalons longs.  Heureusement le soleil se montre vers 8h30 et nous cessons de grelotter.

Arrivée à Hospital de Orbigo
Nous faisons notre premier arrêt à Villavente dans la jolie albergue Santa Lucia, après avoir marche 9,5 kilomètres dans la campagne, à travers les champs de maïs.  Nous entrons ensuite dans Hospital de Orbigo par le remarquable pont de pierres qui enjambe la rivière Orbigo; il fut rendu célèbre par un combat chevaleresque qui eut lieu en 1434 pour venger l'honneur d'une dame.  Hospital de Orbigo est une jolie ville où il aurait fait bon nous arrêter mais il est seulement 11h30 et nous décidons de continuer notre route jusqu'a Santibañez.  Nous allons un peu le regretter ......

Le célèbre Pont Orbigo
Dans ce petit village, il n'y a qu'une albergue paroissiale très défraîchie; les lits laissent à désirer, les toilettes et les douches sont à l'exterieur et pas très invitantes.  Quoi faire à 13h30 dans ce village perdu où il n'y a rien à voir ?  Serge dort tout l'après-midi et moi j'écris et j'écoute de la musique "Serge Reggiani". Nous serons très reposés demain pour visiter Astorga.  Naturellement, il n'y a pas d'Internet ni de téléphone public.  Il fait froid dans l'albergue, mais comme nous sommes 6 dans une petite chambre (nous, plus 3 brésiliens et un israelien) on va se tenir au chaud cette nuit.

A 19h00, c'est l'heure du souper et les pèlerins se réunissent autour de la table, et la magie opère. 

Hercule, l'hospitalero italien, nous a préparé un succulent risotto, une salade, du poulet et des patates qu'il nous sert avec toute sa bonhommie un peu brusque.  Il nous annonce qu'il n'y a pas de dessert mais qu'il va nous offrir de la Queimada; c'est une boisson préparé dans un bol à punch avec du "Orujo" (alcool forte), du sucre, une pomme, une orange, un citron, une banane.  Il fait flamber le tout pendant plusieurs minutes et avec une louche il fait couler le liquide, ce qui fait monter la flamme. Il trempe son doigt dans la boisson et avec la flamme au bout du doigt, il y goûte.  Il nous invite a faire de même; j'ai essaye et ça marche, ça ne nous brûle pas.  Il nous en sert dans un bol; c'est fort mais délicieux.  Quand il n'en reste plus, Hercule en fait une 2e recette. Les pèlerins sont de plus en plus joyeux.  Apres avoir épuisé la boisson, Hercule nous demande si ça nous dérange s'il fume de la marijuana,  pour le taquiner je lui dis "en autant que tu partages".  Hercule me prend au mot et va dans la cuisine nous preparer un pichet de lait chaud avec du miel et de la marijuana et nous en sert. 

Mes fils, pour la premiere fois de leur vie, vos parents ont goûté à l'herbe magique. A 10h00 tous les pèlerins sont au lit et font de beaux rêves.

Hercule préparant le punch flambé

Voici le fameux Hercule
Aujourd'hui nous avons marché 5 1/4 heures.  Bonne nouvelle: Serge a moins mal aux jambes et l'ampoule de ma petite orteil est guerie.

3 commentaires:

  1. Les bobos sont guéris, l'effet de la mari ?? Ça me fait penser à quelque chose.....
    Bonne route.
    Yvan

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour à vous deux,
    Vous vous dévergondez sur le chemin de Compostelle. Hercule est un hôte très original. Nous avions bien apprécié son accueil en 2009. C'est vrai que l'albergue ne paie pas de mine car Hercule la rénove pendant ses étés. Mais quel hôte!
    Serge, continue de boire de l'eau.
    A+
    Ta soeur Louise

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Serge et Patricia
    Ravie de voir que la tendinite va mieux , nous nous sommes arrêtées au bon moment, je vois que le mauvais temps est arrivé!!, je vais suivre votre chemin jusqu'au bout , cela me permet d'être encore un peu sur le camino depuis la Charente, et oui j'ai repris le travail( ménage , accueil , repas ....bref un retour a la réalité, les 2 premiers jours je trouvais que tout le monde était triste grincheux, j'avais vraiment envie de repartir .
    Bon courage , amitié
    Isabelle ( de Charente)

    RépondreSupprimer