mardi 11 septembre 2012

Lundi 10 septembre (jr 13): Najera à Santo Domingo de la Calzada (21,3 km)

Le coq et la poule

Nous quittons l'albergue à 6h30 ce matin; il fait complètement noir, même la lune ne nous aide pas avec son petit croissant voilé par les nuages.  Nous marchons avec nos lampes de tête, essayant de ne pas manquer les flèches jaunes qui indiquent le chemin.  Une odeur de fumier nous laisse deviner que nous passons près d'une ferme.  Puis doucement le ciel s'éclaircit et nous découvrons des champs dénudés où le foin a déjà été ramassé.

6 kilomètres  plus tard, nous entrons dans Azofra  où l'on trouve un bar accueillant les affamés et les assoiffés; bien sûr j'ai mon croissant au chocolat.  Ensuite, pendant une heure le chemin longe l'autoroute où des travailleurs s'affairent à des travaux d'agrandissement; ceci laisse présager que le tracé du chemin sera modifié bientôt.

Commence ensuite la montée vers Cirueña, ville très moderne où les pelouses sont plus vertes que chez nous.  Nous rencontrons un hollandais qui est parti de son pays natal à la marche et se rend à Santiago; il aura marché pendant 3 mois à la fin de son voyage.
Cirueña, ville moderne
Nouvelle séquence de montagnes russes entre Cirueña et Santo Domingo sur une chaussé cahoteuse.  Je subis une attaque de mouches. Comme j'ai besoin de mes deux bâtons dans la montée, je suis sans défense.  Je soupçonne qu'elles sont attirées par ma sueur sucrée causée par les croissants au chocolat que je dévore à chaque jour. Dans les descentes, les cyclistes arrivent à toute vitesse; gare aux pèlerins qui sont sur leur chemin.  Hier une pèlerine s'est fait frapper par un cycliste.

Nous arrivons enfin à Santo Domingo à 12h30 et nous prenons deux lits à l'abbaye cistercienne Nostra Señora de la Anunciación qui semble datée du Moyen-Age (j'exagère un peu).  Nous sommes dans une petite chambre de 3 lits que nous partageons avec une jeune hollandaise.    Nous allons ensuite dîner au restaurant Hidalgo situé au 2e étage d'une vieille maison; la nourriture est excellente et l'ambiance reposante.  J'aurais voulu avoir de la paëlla mais elle sera au menu seulement demain; dommage.

Albergue de l'Abbaye cistercienne Nostra Señora de la Anunciación
J'ai trouvé la marche fatiguante aujourd'hui, je sens un rhume qui s'en vient.  Après la sieste, nous allons visiter la cathédrale où, fait inusité, vivent dans une cage un coq et une poule, afin de rappeler le miracle qui se serait produit ici au 15e siècle en faveur de pèlerins; selon l'histoire, il s'agit de la légende du Pendu dépendu. 

Le coq et la poule résidants permanents de la cathédrale de Santo Domingo de la Calzada
Nous continuons notre visite de la ville où un grand nombre de boutiques de souvenirs et de produits artisanaux ont pignon sur rue. Voilà une bonne occasion pour Serge de se faire photographier en pèlerin du moyenâgeux.

Serge dans son nouvel habit de pèlerin
Ce soir, Serge a le goût d'une pizza et moi de pâtes.  Nous laissons tomber le souper du pèlerin et nous nous rendons à 20h00 au restaurant "La Strada" sur El Paseo del Espolón.  Nous nous sentons vraiment en vacances.  Le couvre-feu étant à 10h00, comme Cendrillon nous rentrons à l'albergue sans tarder.

P.S. - Bonne fête grand-papa Paul en ce 11 septembre.  Il a aujourd'hui 92 ans. Beaucoup de bisous de nous deux.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire