lundi 17 septembre 2012

Lundi 17 septembre (jr 20): Castrojeriz à Fromista (26,1 km)

Des champs de blé et de tournesols

Aujourd'hui nous marchons pour mon amie Louise pour qui c'est une journée cruciale, nous te souhaitons que de bonnes nouvelles.  Nous marchons également pour Nicole Guinard dont c'est l'anniversaire aujourd'hui; Nicole est une pèlerine qui a fait le Chemin au printemps dernier et dont le récit m'a beaucoup inspiré.

Nous partons tôt ce matin car nous avons 26 kilomètres à marcher jusqu'à Fromista; ce sera notre plus longue journée de marche.  Je fais encore transporter mon sac aujourd'hui par prudence et afin de ne pas surcharger ni retarder Serge.  Nous traversons la ville de Castrojeriz qui est une longue rue étroite et austère.  Il n'y a que quelques pèlerins devant et derrière nous et il fait très noir; la lune nous a faussé compagnie.

Après avoir traversé un pont, nous débutons la montée de l'alto de Mostalleres ayant 12% d'inclinaison sur 1 kilomètre.  Tout là-haut, nous voyons les lumières des petits villages dans la vallée et les éoliennes qui scintillent au loin.  Un pèlerin en vélo a passé la nuit dans l'abri au haut de la montagne pour le plaisir de la solitude et de la tranquilité.

Au haut de l'alto de Mostalleres au lever du jour
Je retrouve Martine et Guy, un autre couple français qui était avec nous à El Molino et qui était fort sympatique.  Nous marchons 600 mètres sur la meseta de Mostelares avant d'amorcer une descente raide sur 350 mètres.  Le chemin se dessine à travers les champs de blé fraîchement coupés; au loin les pèlerins ont l'air de fourmis laborieuses.  Les champs de tournesol à la mine basse et des collines brunes garnies de quelques arbustes alternent avec les champs jaune paille, c'est un décor exceptionnel.

Descente de la meseta
Au bout de 3 heures de marche nous arrivons au village d'Itero de la Vega (il est 9h30) et nous prenons notre premier café de la journée avec des tostadas (croutons de pain grillés) et de la confiture, puis nous reprenons la route.  Un pèlerin-quêteux, qui revient de Santiago avec son chien, accoste Serge et lui demande de l'argent pour manger.  Naturellement Serge, en bon samaritain, lui donne quelques euros.

A 11h45 (20 km déjà), nous arrivons au village de Boadilla del Camino.  Sur la place centrale nous voyons un Pilori de la Justice datant du 15e siècle, appelé Rollo.  Nous nous arrêtons au restaurant de l'albergue En el Camino; c'est un très bel endroit avec un jardin tropical orné de sculptures de pierres poreuses.  Je prends une soupe aux lentilles et Serge une soupe à l'ail sur la terrasse, c'est maintenant un classique pour nous.  Sans tarder nous reprenons la route car il reste encore 6 kilomètres avant d'arriver à Fromista.  Aujourd'hui nous avons eu la chance de marcher sous un ciel couvert de nuages blancs que le soleil perçait difficilement, rendant la marche confortable.

Albergue En el Camino

Vue sur Boadilla del Camino
Après Boadilla del Camino, nous longeons le canal de Castilla jusqu'à Fromista; ces travaux d'irrigation furent réalisés au 18e et 19e siècles pour répondre aux besoins d'eau pour ces terres arides jadis difficilement cultivables. A l'entrée de Fromista se trouvent une série d'écluses que l'on traverse sur une passerelle.  Nous arrivons à notre distination à 13h30 après 7 heures de marche.

Le sentier le long du canal de Castilla
Nous nous installons à l'albergue privée Estrella del Camino très bien entretenue et décorée.  Nous sommes dans une chambre de 5 lits à 2 étages qui ne sont pas tous occupés.  Demain je marcherai avec mon sac car je me sens beaucoup mieux.  Ce soir, nous mangeons de la pizza à l'albergue, préparée par la propriétaire.

Albergue Estrella del Camilo, l'heure du lavage

Notre dortoir à l'albergue




1 commentaire:

  1. Merci Patricia et Serge d'avoir pensé à moi... L'examen s'est passé ce matin. Je devrai passer une biopsie à l'hôtel-Dieu de Lévis, car ce n'est pas concluant. La gentille et humaine infirmière qui m'a annoncé la nouvelle m'a dit que pour cet exmen, pour 98 % des cas c'est bénin et que dans 2 % des cas, c'est malin. On verra donc la suite des choses fort probablement en octobre.
    Bonne continuation et bravo pour avoir complété avec succès votre plus longue journée de marche.

    RépondreSupprimer