samedi 22 septembre 2012

Vendredi 21 septembre (jr 24): Sahagun à El Burgo Ranero (18,1 km)

Des anges-gardiens sur notre route

Nous quittons le Monastère à 7h15 après avoir déjeuner en compagnie de 2 jeunes brésiliennes qui font le Camino en vélo; elles prévoient prendre 12 jours pour effectuer le trajet entre St-Jean-Pied-de-Port et Santiago, ce qui fait une moyenne de 67 kilomètres par jour.

Serge souffre toujours de sa tendinite et il dit que c'est comme avoir des poids aux chevilles.  Pendant les 4,5 premiers kilomètres nous marchons le long d'une route où passent beaucoup de voitures; les espagnols se rendent à leur travail.  A Calzada del Coto nous avons le choix entre deux routes: la Calzada Romana par le Nord ou El Camino Real par le Sud.  Nous voulons aller vers le Sud mais les indications ne sont pas claires.  Devant nos hésitations, un cycliste nous fait des signes de l'autre côté de la route et nous indique le bon chemin.  Puis un camionneur nous klaxonne et nous montre également le chemin.  Le pèlerin n'est jamais perdu longtemps sur le camino; les âmes charitaibles veillent sur lui.

El Camino Real par le Sud
Maintenant le sentier, bordé d'arbres, longe une route secondaire où passe peu de voitures.  Juste avant d'arriver à Barcianos del Real Camino, nous voyons à notre gauche l'Ermitage de Perales qui date du 16e siècle et qui est déserte.

Au bout de 10 kilomètres, il est 9h30, nous nous arrêtons pour une pause-café et nous voyons arriver Sheila et Andrea qui s'empressent à se joindre à nous.  Nous nous entendons pour prendre une chambre à quatre à l'albergue Esbalo Tamaú à El Burgo Ranero.  Cependant à notre arrivée au village à 12h00, nous découvrons que l'albergue est maintenant fermée.  Nous plaçons alors nos sacs dans la file d'attente à l'albergue municipale qui n'ouvre qu'à 13h00.

La file d'attente à l'albergue municipale
En attendant, nous allons visiter l'albergue La Laguna plus loin au village.  Devant le grand jardin de l'albergue, nous sommes conquis et retournons chercher nos sacs afin de nous installer à La Laguna.

Moment de détente à l'albergue La Laguna avec Shaela et Andrea
Nous allons ensuite dîner au restaurant de l'hotel Pierdras Blancas. C'est en jasant avec Sheila que nous apprenons que les origines de son père sont Cajuns, les acadiens déportés en Louisianne; la langue française s'est perdue au fil des générations.

Il n'y a pas de café-internet dans le village, donc ce sera une autre journée sans blogue.  Nous terminons l'après-midi en faisant la sieste sous les parassols aux toits de paille dans le jardin.  Plus tard nous allons faire des achats à l'épicerie du village et Sheila nous cuisine des pâtes à la pancetta et aux épinards pour souper.
L'albergue a une très jolie cuisine digne d'un bon restaurant.

Souper à l'albergue préparé par Shaela
Nous avons marché 4h45 aujourd'hui.

3 commentaires:

  1. Bonjour à vous deux,
    Serge devrait aller voir un médecin pour ses jambes. En Espagne, ils offrent un service prévilégié au pélerin souffrant.

    Informez-vous à l'alberge.
    A+ ta petite soeur Louise

    RépondreSupprimer
  2. Je suis d'accord avec Louise
    Lise T.

    RépondreSupprimer
  3. Prend soin de toi Serge ! Nous sympatisons avec toi, Claude a un problème de sciatique, il a fini par consulter après 1 mois. Il a passé un taco jeudi et nous avons hâte d'avoir les résultats. Il serait très malheureux d'être à Compostelle présentement, il peine à marcher quelques coins de rues, heureusement qu'il n'a aucun problème à vélo.

    J'aimerais savoir si je peux donner le lien pour votre blog à mon frère Gilles ? Il rêve de faire Compostelle et je pense qu'il aurait un grand intérêt à vous lire.


    Claire

    RépondreSupprimer