samedi 13 octobre 2012

Vendredi 12 octobre: Santiago de Compostelle

Le botafumeiro

Dès 10h30 nous nous rendons à la cathédrale pour la messe de 12h00.  C'est avec beaucoup d'émotion et le sentiment d'accomplissement que nous nous assoyons parmi les pèlerins devant le magnifique retable. Il y a déja foule et nous cherchons des pèlerins avec qui nous avons marché au fil des jours; nous y retrouvons les dames de Calgary et le français avec qui Serge s'est enguirlandé, nous cherchons Jo-Ann mais nous ne la voyons pas.  La crypte de la cathédrale renferme les reliques de Saint-Jacques.

C'est l'heure de la messe

Serge devant l'entrée de la cathédrale
 A 11h30 la musique d'orgue résonne, je pense à mon amie Liliane qui aurait aimé l'entendre. Un prêtre nomme les pays de provenance des pèlerins ainsi que le nombre de pèlerins par pays; nous sommes nombreux du Canada.  Ensuite quelques dames portant des gerbes de fleurs, une centaine de prêtes et quelques jeunes garçons en tuniques blanches ainsi que des évêques dans leurs robes noires garnies de rubans rouges recouvertes d'une jupe en dentelle blanche avancent en procession dans les allées puis se dirigent vers le retable orné d'or; ceci représente bien la suprémacie masculine dans l'Église catholique.  Pourquoi n'y a-il pas des religieuses dans leurs costumes de cérémonie dans la procession? Pourtant il y en a dans l'assistance.

La célébration de la messe commence et la cathédrale retentit de chants et de musique sacrée.  La niche au-dessus du maître-autel abrite une statue de 12e siècle de Saint-Jacques que les pèlerins viennent embrasser durant la messe.  Le moment le plus impressionnant est lorsque les prêtres encensent l'auditoire avec le botafumeiro, l'encensoir géant qui est accroché à la clé de voûte de la croisée du transept et qui est monté et balancé de chaque côté de la cathédrale, toujours accompagné de la musique d'orgue.

Le butafumeiro
A la sortie de la messe, nous sentons une euphorie parmi les pèlerins qui se regroupent et même dansent sur la grande place.  Nous avons tous le sentiment de satisfaction face au but atteint. Nos difficultés, notre fatigueet  nos maux sont choses du passé.

Les pèlerins dansant sur la grande place devant la cathédrale
Pour se récompenser, nous allons dîner au restaurant San Jaime à côté de la Plaza Fonseca; c'est un bon choix, nous y dégustons un délicieux rôti de veau comme le cuisinait la mère de Serge.

La Plaza Fonseca 
Demain matin, après le déjeuner des pèlerins au Parador, nous partirons pour Cee où nous resterons 2 jours.  Dimanche nous reprendons la marche pour nous rendre au Cap Finisterre, l'endroit où  la terre rejoint l'Atlantique dans le Nord de l'Espagne.  Nous vous en reparlerons dans notre prochain message ......


Devant l'entrée du Parador

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire