mercredi 10 octobre 2012

Mercredi 10 octobre (jr 43): Arzúa à O Pedrouzo (19,2 km)

Bonne fête Joël et Julie

Nous partons à 8h30 ce matin dans la brume; le temps est très humide mais ce n'est pas froid, nous marchons en pantalons courts.  Nous pénétrons, par un sentier bordé de chênes splendides, dans une forêt verdoyante où les fougères sont brunissantes. Les oiseaux sont heureux et gazouillent dans les arbres. Je crois les entendre chanter: "Bonne fête Joël Julie, bonne fête Joël Julie, bonne fête, bonne fête, bonne fête Joël Julie."

Sur un sentier bordé de chênes splendides
Nous traversons deux ponts sur des ruisseaux qui courent dans la forêt; c'est très calme.  Tout à coup ...... nous entendons les étudiants arriver derrière nous, marchant d'un pas pressé avec l'énergie de leur jeunesse.  Au passage, ils nous disent d'un ton joyeux "buen camino".  Puis une fois qu'ils sont tous passés, le calme revient dans la verte et humide Galicia.

Les étudiants nous rejoignent
 A 10h00 nous nous arrêtons à Calzada pour une pause-café; il y a de superbes napolitanas au chocolat auxquels on ne peut pas résister.  Ensuite Jo-Ann et moi faisons la queue à la porte de l'unique toilette; c'est le lot des femmes car pour les hommes c'est tellement plus facile, un arbre suffit.

Les filles font la queue à l'unique toilette
Le Chemin se poursuit le long d'une grande plantation d'eucalyptus où notre odorat est bien servi.  Dans le hameau de Calle, nous passons entre des habitations sous un treillis de verdure.  Quelques kilomètres plus loin nous apercevons de splendides palmiers dans des jardins fleuris.  Aujourd'hui nous traversons pas moins de 15 hameaux, aux noms souvent inconnus mais toujours charmants, par des sentiers très larges et confortables pour les pieds et souvent boueux. Nous rencontrons trois femmes de l'Estrie (au Québec) et faisons un bout de chemin avec elles.

De splendides palmiers dans la campagne espagnole

Des jardins fleuris
Nous arrivons à O Pedrouzo à 13h30 et nous nous installons dans la très moderne albergue Edreira où nous avons des lits simples, pas à deux étages.  Sur la suggestion de l'hospitalera, nous partons sous la pluie pour le restaurant Regueiro et nous ne le regrettons pas, la nourriture est excellente, particulièrement le poisson et les desserts.

Notre dortoir à l'albergue Edreira à O Pedrouzo
A notre retour à l'albergue, nous découvrons qu'une partie des étudiants y sont installés; les filles ont envahi les douches et n'en sortent plus;  les laveuses et sécheuses sont prises d'assaut. Si nous avions su, nous aurions pris nos douches et lavé nos vètements avant d'aller dîner.

Demain est le grand jour, nous arriverons à Santiago de Compostelle après 44 jours de marche et près de 800 kilomètres de marche. Ce sera sûrement un moment émouvant.

2 commentaires:

  1. Je m'imagine vous attendre à la fin du chemin en vous lançant des encouragements et des félicitations! J'aimerais bien être là! Bravo à tous les deux!
    Je pense que vous méritez de marcher la dernière journée pour vous deux!
    Thierry

    RépondreSupprimer
  2. Je suis en accord 100 % avec ce qu'écrit Thierry. La prochaine journée sera pour vous deux... Je penserai à vous demain.

    Louise d'East Broughton.

    RépondreSupprimer