dimanche 7 octobre 2012

Dimanche 7 octobre (jr 40): Portomarin à Palas de Rei (25,1 km)

Une surprise à Palas de Rei

Hier soir nous étions couchés à l'étage sous le restaurant; jusqu'à 11h00 le bruit des chaises sur le plancher de céramique au-dessus de nos têtes nous a gardés éveillés.

Ce matin nous quittons Portomarin à 8h00 en compagnie de Jo-Ann de Mississauga qui voyage seule.  Nous sommes au kilomètre 89,5 avant Santiago; c'est à peine croyable que nous ayons marché plus de 700 kilomètres depuis le début de notre voyage.

Une nouvelle amie, Jo-Ann de Mississauga
 Jusqu'à Gonzar nous longeons la route 535 qui est très peu fréquentée en ce dimanche matin.  A un carrefour, nous prenons un sentier qui longe une belle maison traditionnelle avec un horreo (grenier à maïs surélevé), puis nous traversons une splendide chênaie.  Serge a des ailes ce matin sans son sac à dos; il nous attend au premier café-bar.

Horreo dans le jardin d'une maison traditionnelle
Nous ne voyons pas le groupe d'étudiants aujourd'hui sur le Chemin. Après que les pèlerins plus rapides nous aient dépassés, nous pouvons jouir de la tranquillité de cette belle journé ensoleillée, traversant des hameaux où les habitants font preuve de créativité dans leurs jardins, ainsi que montant et descendant les sentiers selon les caprices de la nature.

Fourmis géantes scupltées dans un jardin
A 12h30 nous nous arrêtons à Ligonde pour dîner, à la Casa Maríluz où des tables sont installées dans l'herbe comme pour un pique-nique.  Nous y rencontrons un couple belge qui a débuté sa marche le 4 août à Le Puy en Velay, ils en sont à leur 1050e kilomètre; nous ne pouvons que les admirer pour leur persévérance et leur courage.

Un pique-nique à la Casa Mariluz à Ligonde
Dans l'aprés-midi, le temps se réchauffe énormément, il fait environ 27 degrés, rendant la marche plus difficile; même sans nos sacs à dos les jambes sont fatiguées.  Heureusement nous marchons souvent à l'ombre de grands chênes et même sous un tunnel de verdure qui nous fait penser à la forêt de Merlin l'enchanteur.

Dans une forêt de chênes
Nous arrivons à Palas de Rei à 15h15 et nous nous installons avec Jo-Ann à l'albergue Meson de Benito qui est très moderne et propre; nous sommes dans une chambre de 10 lits.  Après la douche et le lavage, nous avons la surprise de voir arriver les étudiants espagnols de Madrid bruyants et plein d'énergie de la veille qui envahissent l'albergue.  Il y a même 4 garçons qui s'installent dans notre chambre avec leur professeur.  Ils ont entre 14 et 16 ans et sont en 10e année. On peut dire adieu à la sieste aujourd'hui.

Les étudiants de Madrid à l'albergue Meson de Benito
Ce soir ils soupent tous à l'albergue et regarderont ensuite à la télé une partie de soccer entre Barcelone et Madrid; la soirée va être très animée.

Aujourd'hui nous avons marché pendant 7 1/4 heures.












2 commentaires:

  1. Salut à vous deux,
    Vous arriverez bientot. Vous sentez-vous des ailes? Vous pouvez être certains que le dernier matin ce sera le cas. N'oubliez pas d'assister à la messe à la cathédrale. J'espère que vous aurez la chance de voir l'enscensoir.
    Vous êtes très bons.
    A +,ta soeur Louise

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Louise,
    Je crois que Serge a des ailes qui lui poussent tandis que moi pour le moment j'ai des boulets aux pieds.

    RépondreSupprimer