lundi 27 août 2012

Lundi 27 août - Paris

Sous le signe de la fatigue

Notre première journée à Paris s'achève. Elle a commencé sous le poids de la fatigue en raison d'interminables temps d'attente dans les aéroports de Toronto et de New-York, un retard d'avion et une nuit trop courte car le bruit des moteurs, les turbulences et les sièges inconfortables, c'est pas propice au sommeil. Enfin, le bout le plus "platte" du voyage est passé.

Nous sommes arrivés à notre petit hôtel "le Mont Blanc" situé dans le quartier latin à 9h30 ce matin.  Heureusement, ils ont pu nous donner une chambre immédiatement et nous avons dormi quelques heures. C'était sans compter sur le système d'alarme qui a retenti à 11h45. Fausse alarme, ce n'était que pour tester le système.

Notre hôtel est sur la rue piétonnière "de la Huchette" qui abonde de restaurants très invitants. Nous avions faim mais nos estomacs étaient encore à l'heure canadienne et ne voulaient pas collaborer.  A la sortie du restaurant, nous découvrons que nous sommes à quelques pas seulement de la cathédrale Notre-Dame qui est toujours aussi majestueuse et impressionnante. Nous décidons d'aller nous promener sur les quais de la Seine en direction de la Bastille.  Les bateaux parisiens promènent leurs touristes et les parisiens promènent leurs chiens. Nous, on jouit de la vue que nous offre la ville.

Cathédrale Notre-Dame à Paris

Bateau parisien sur la Seine
Au pont d'Austerlitz, nous quittons les quais car il y a un barrage de policiers, on se sait pas pourquoi, et nous nous dirigeons vers le Jardin des Plantes où les allées de plates-bandes foisonnent de fleurs de toutes les couleurs. Quel beau spectacle, en plein coeur de la ville !  Et puis, tranquillement nous revenons à notre hôtel, en  empruntant différentes petites rues, comme pour nous perdre, et en cherchant l'ombre car il faut très chaud. Maintenant, c'est l'heure de la sieste et heureusement, nous avons l'air climatisé.

Jardin des Plantes à Paris
Demain, nous partons pour St-Jean-Pied-de-Port où débutera notre grande marche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire